jeudi 09 juillet 2020

Luxe et Covid 19 - décryptage de la société transformée et impacts sur les comportements du consommateur

Dans un contexte de pandémie mondiale et avec un marché « qui pourrait chuter de jusqu'à 35% en 2020 en raison des mesures de confinement, » selon une étude du cabinet Bain & Company, les marques de luxes assistent à un bouleversement des modes de consommation. Depuis quelques mois, le Covid 19 semble être un catalyseur de tendances plus profondes comme l’évolution d’un luxe plus responsable ou encore le digital. Face à l’incertitude, quelles sont les opportunités de rebond ? Comment gagner en désirabilité et leadership ? Comment mieux se positionner face à un consommateur en quête d’essentiel ? Pour tenter de répondre à ces questions tout en décryptant les impacts du Covid 19 avec un regard sociologique, culturel et anthropologique pour imaginer les marques exemplaires de demain, le club Luxe de l’Adetem a invité : Vadim Grigoryan : fondateur de l’agence Spirit & Spirit,  expert du conseil en stratégie culturelle de marque, accompagnant des marques de Luxe depuis 20 ans, comme Evian Resort ou Mugler, nous présentera les grands enseignements de son masterclass « Solid thoughts for liquid times » où il partagera sa perspective cristallisée sur comment les marques et les individus doivent embrasser ces temps de l'incertitude et le changement de paradigme auquel nous faisons tous face. Puis Nicolas Chemla, professeur de marketing et consultant en stratégie de marque, auteur de « Luxifer, pourquoi le luxe nous possède » qui a accompagné également de nombreuses marques de Luxe comme Lacoste, Four Seasons ou encore GH MUMM nous expliquera comment le Covid 19 finalement remet au cœur du Luxe ses valeurs les plus fondamentales dont « la distanciation » et  nous livrera quelques élément de réflexion pour une sortie de crise.

jeudi 06 fvrier 2020

Quels nouveaux sens pour le luxe ?

Voltaire définissait le luxe comme « tout ce qui est au-delà du nécessaire », mais en cette période d’abondance matérielle et d’ultra-démocratisation des objets de luxe, que trouve-t-on encore de rare et de superflu ?  La banalisation et la désacralisation des marques de luxe dans tous les domaines est bien une réalité : pour le consommateur actuel, posséder un objet de luxe ne procure plus le même sentiment de réalisation qu’avant. Le consommateur est désormais en quête d’authenticité et le vrai luxe consiste à présent à s’offrir des expériences exclusives qui vont réussir à le transformer. Quand les millenials branchés ne jurent que par le « tourisme expérientiel » en privilégiant des logements spartiates chez l’habitant plutôt que des suites de luxe aseptisées et anonymes, le monde de l’hôtellerie de luxe s’interroge. Comment réenchanter de nouveau le client et donner du sens à sa consommation d’objets de luxe ?